Pays Allemagne

allemagne

L'Allemagne possède 16 états, 29 comtés, 391 districts, 87 bureaux et 15 403 villes.

L'Allemagne est un pays d'Europe de l'Ouest d'une superfice de 357 026 km² (densité de 230 hab./km² environ).
La population de l'Allemagne est de 81 471 834 habitants au dernier recensement.
La capitale de l'Allemagne est la ville de Berlin qui compte 3 499 879 habitants.

La chancelière de la République fédérale de l'Allemagne est Angela Merkel.

Vous aimez ? Partagez !

Allemagne

« Unité et droit de liberté »

L'Allemagne ou République fédérale d'Allemagne est un pays d'Europe centrale bordé par les mers du Nord et Baltique et possédant des frontières communes avec le Danemark, la Pologne, la République tchèque, la Belgique, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Autriche et la Suisse.

L'Allemagne et avant elle, le Saint-Empire romain germanique, a toujours joué un rôle important dans l'histoire. Elle a connu des heures de gloire mais également des pages beaucoup plus sombre notamment durant les Guerres mondiales.

 

L'Allemagne est le pays le plus peuplé de l'Union Européenne dont elle est un membre fondateur. Elle est considérée comme la principale puissance économique du continent et la 4ème au niveau mondial notamment grâce à son importante industrialisation et à ses compétences dans des secteurs pointus comme l'aéronautique ou la construction automobile. A ce titre, elle est également membre du G7, du G20, de l'espace Schengen, de l'Otan et de la zone euro.

L'Allemagne en un coup d’œil

République constitutionnelle parlementaire fédérale d'Allemagne

Capitale : Berlin

Divisions administratives : 16 länder (états fédérés) regroupant 12.226 Gemeinden (communes)

Population : plus de 82 millions d'habitants

Langue officielle : allemand

Religions principales : catholicisme (30%), église évangélique (30%). 34% des Allemands sont athées

Président fédéral actuel : Frank-Walter Steinmeier

Chancelière fédérale actuelle : Angela Merkel

Monnaie : Euro

Tourisme : aucune restriction

Une mosaïque de paysages

En raison de l'étendue du pays, on retrouve une grande diversité de paysages en Allemagne, de la plaine située au nord du pays jusqu'au massif alpin dans le sud.

Certaines régions sont centrées sur l'industrie notamment dans le pays rhénan et dans la région Rhin-Main. Depuis la réunification de l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest en 1990, les länder de l'est peinent à se mettre au niveau des régions de l'ouest malgré les investissements du gouvernement fédéral.

 

Le Nord de l'Allemagne est constitué d'une large plaine, succession de collines, de lacs et de zones marécageuses et d'une bande côtière en bordure de la Baltique et de la mer du Nord.

De nombreux massifs montagneux ainsi que trois régions alpines (les Alpes algaviennes, les Alpes bavaroises et les Alpes de Salzbourg) forment la partie sud du pays.

De grandes forêts dont la forêt bavaroise et la Forêt Noire font le bonheur des randonneurs. Elles couvrent un tiers du territoire allemand.

L'Allemagne est traversée par de grands fleuves :

  • le Danube prend sa source dans la Forêt Noire et se jette dans la mer Noire en Roumanie

  • le Rhin prend sa source dans les Alpes suisses et se jette dans la Mer du Nord aux Pays-Bas

  • l'Elbe prend sa source en République tchèque et se jette dans la Mer du Nord en Allemagne

  • l'Oder prend sa source en Moravie, se jette dans la mer Baltique et forme avec la Neisse une frontière naturelle entre la Pologne et l'Allemagne

  • la Weser et l'Ems se jettent dans la Mer du Nord après un parcours 100% en Allemagne

Outre ces fleuves, l'Allemagne possède quelques grands lacs dont le lac de Constance à cheval entre l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche.

 

Bénéficiant d'un climat continental tempéré déterminé par le Gulf Stream et l'anticyclone des Açores, l'Allemagne connaît des températures agréables en été mais également des hivers rigoureux influencés par l'air froid venu de Sibérie qui rappelle que l'Allemagne est au cœur de l'Europe.

 

Les grands espaces préservés permettent à l'Allemagne d'abriter une faune sauvage et une flore particulièrement riches. Très concernée par l'environnement, elle a créer un grand nombre de parcs nationaux et régionaux et des réserves naturelles.

Les amoureux de la nature apprécient également les décors romantiques de la Bavière, ses forêts, ses lacs et ses nombreux châteaux.

Une occupation dès le paléolithique

L'Allemagne a connu une histoire mouvementée ce qui explique les fréquents changements de ses frontières.

Les fouilles archéologiques ont permis de déterminer la présence d'hominidés sur le territoire allemand, dans la région d'Heidelberg, dès le Paléolithique inférieur tandis qu'au Magdalénien (Paléolithique supérieur), se développe la « culture de Hambourg », une civilisation de chasseurs de rennes que l'on retrouve dans une grande partie de l'Europe du Nord et qui habitait dans des campements isolés.

Durant le Néolithique, des peuplades migrent de l'Europe continentale en remontant le Danube. Elles s'installent notamment en Allemagne occidentale et apportent avec eux leur savoir-faire en agriculture et en élevage. On parle de la culture rubanée faisant référence aux poteries ornées de rubans retrouvées en abondance en Europe centrale.

Les premiers Germains

Malgré cette présence humaine fort ancienne, il faut attendre le 1er siècle avant JC pour trouver mention des tribus germaniques qui occupent l'Europe du Nord. Les Germains étaient alors répartis en différents groupes indépendants ou alliés. Cette puissance inquiète les Romains qui ont conquis la Gaule mettant le peuple germain aux portes de leur Empire.

Les Romains vont tenter d'envahir la Germanie et entreprennent des campagnes militaires longues et difficiles parfois soldées par des échecs cuisants.

Au début du 5ème siècle de notre ère, les Germains s'unissent à des groupes de Vandales, de Burgondes, de Saxons, de Francs et d'Alamans pour mettre à sac les régions romaines situées de l'autre côté du Rhin. Petit à petit, Rome se retrouve dans l'obligation d'accepter les nouveaux venus dans ses rangs ce qui provoque une germanisation de la région et l'ascension des chefs germains jusqu'aux plus hautes fonctions de l'Empire.

Les différentes peuplades germaniques vont s'octroyer des territoires, les Angles et les Saxons en Angleterre, les Lombards et les Ostrogoths en Italie, les Wisigoths en Espagne, les Vandales en Tunisie et enfin les Francs et les Burgondes en France.

Le Royaume franc va rapidement prendre de l'extension et englober le Benelux et la partie occidentale de l'Allemagne. A cette époque, les rois francs qui se sont christianisés mandatent des moines chargés d'évangéliser la région rhénane comme en témoignent par exemple l'abbaye bénédictine de Fulda fondée en 744.

 

Sous Charlemagne, les Francs continuent leur progression en Bavière et en Basse-Saxe ce qui conduit au couronnement de Charlemagne, « Empereur des Francs et des Romains » en 800. Cet empire occupait alors approximativement le territoire actuel de la France et de l'Allemagne.

A la mort du fils de Charlemagne, Louis le Pieux, l'Empire est partagé entre ses trois fils et la Francie orientale (Allemagne actuelle) échoit à Louis le Germanique en 843, date du Partage de Verdun.  

Le Saint-Empire romain germanique

En 911, les Carolingiens perdent la Germanie et le titre impérial est abandonné quelques années plus tard tandis que la couronne est attribuée aux Ottoniens qui vont fonder le Saint Empire romain germanique réunissant la Germanie et d'anciennes possessions de l'Empire d'Occident (le royaume d'Italie et de la Lotharingie) en 962.

A cette époque, les empereurs allemands vont connaître une grande puissance, ayant également le contrôle de l'élection du pape et, plus tard, de la nomination des évêques. La Cour s'installe à Rome et l'Empire est en plein essor économique.

A la mort du dernier empereur ottonien, la dynastie salienne lui succède et, avec elle, une nouvelle ère commence. L'Empereur Conrad 1er reprend toute son autorité en Allemagne et s'impose en Pologne et en Tchéquie tandis qu'il récupère la Burgondie par héritage.

Mais l’Église catholique souhaite se libérer de la tutelle de l'Empire ouvrant la voie à la « Querelle des Investitures » opposant la papauté au Saint-Empire une première fois de 1075 à 1122 et une seconde fois de 1154 à 1220, sous le nom de « Lutte du sacerdoce et de l'Empire ». Les conflits déboucheront sur une victoire de l’Église qui exige de Frédéric II l'abandon de ses privilèges.

L'époque des Principautés

A partir de la seconde moitié du 13ème siècle, l'Empire va se morceler en une multitude de villes libres et de principautés tandis que la superficie de son territoire se réduit considérablement suite à la perte de la Bourgogne, de la Provence et du Royaume d'Italie tandis que les villes marchandes membres de la Hanse s'émancipent à leur tour du pouvoir impérial.

Les différentes principautés ont leur propre cour, leur propre armée et leurs propres lois. Poussés par le pape qui n'apprécie pas la vacance du trône, les Princes sont chargés d'élire un empereur et choisissent Rodolphe de Habsbourg l'estimant peu puissant et donc plus facilement contrôlable. Il se révèle cependant être un empereur éclairé et la dynastie de Habsbourg devient puissante notamment en annexant l'Autriche. Les dynasties de Habsbourg, de Wittelsbach et de Luxembourg vont se succéder au pouvoir jusqu'au 15ème siècle mais les empereurs échouent dans leurs différentes tentatives d'unifier l'Empire.

A cette époque, 350 États indépendants forment une véritable mosaïque. A la mort de Maximilien de Habsbourg, François 1er, roi de France, et Charles-Quint revendiquent tous deux le titre impérial. C'est le second qui l'emporte.

Charles-Quint va tenter de lutter contre le luthéranisme mais n'y arrive pas. Afin de garantir la paix en Allemagne, il autorise les Princes et les villes libres à choisir librement leur religion.

Le temps des guerres de religion

La paix est de courte durée puisqu'en 1618, la Guerre de Trente Ans éclate suite à la révolte des Tchèques contre les Habsbourg.

Durant trois décennies, les Habsbourg d'Espagne soutenus par le pape et les différents états protestants du Saint Empire appuyés paradoxalement par la France catholique vont s'affronter. Toute l'Europe est impliquée et des combats sont menés aussi bien en Europe centrale qu'en Flandre ou en Espagne.

Il est de coutume de considérer cette guerre de religion comme un tournant politique important marqué par la naissance de l’État moderne et l'abandon de la féodalité. Le Saint-Empire sort profondément affaibli de la guerre ce qui va conduire à sa dissolution en 1806 au profit de la Confédération du Rhin placée sous protectorat français, elle-même remplacée par la Confédération germanique entérinée par le Congrès de Vienne en 1814. Les Habsbourg ne gouverne plus que 39 États.

Le Royaume de Prusse va alors adopter une nouvelle politique commerciale, le Zollvereien permettant de créer un marché intérieur harmonisé en autorisant un tarif douanier unique ce qui facilite les échanges commerciaux et les industries. Cette politique va isoler certains états et affaiblir la position de l'Autriche, dernière possession de l'Allemagne.

En 1862, Otto von Bismarck va mener les troupes prussiennes à la victoire contre les Autrichiens ce qui est à l'origine de la déclaration de la guerre entre la France et la Prusse en 1870.

la Prusse sort victorieuse et l'Empire allemand dirigé par Guillaume 1er de Prusse est proclamé l'année suivante à Versailles. L'économie allemande est florissante et en pleine expansion.

Les guerres mondiales, la fin d'un Empire

Cette nouvelle puissance s'allie à l'Autriche-Hongrie pour envahir la France, marquant le début de la Première Guerre Mondiale. En 1918, l'Empire est épuisé par une longue guerre qui provoque la famine et la misère dans le pays suite au blocus économique. L'entrée des États-Unis dans le conflit provoque un mouvement de mécontentement dans les troupes allemandes tandis que les ouvriers partent en grève au mois de janvier afin de réclamer la conclusion de la paix tandis que l'Empire fait des concessions pour éviter une guerre civile.

Les Alliés vont petit à petit gagner du terrain et remportent la grande offensive le 8 août. Tous les alliés des Allemands capitulent mais l'empereur Guillaume II refuse de reconnaître son échec. Une véritable révolution secoue le pays et finalement l'empereur abdique le 9 novembre mettant un terme à l'histoire de l'Empire et permettant à l’État-major allemand de réclamer l'armistice qui sera signé le 11 novembre.

 

L'Allemagne perd plusieurs territoires et colonies et est condamnée à une lourde dette. De plus, son armée est fortement réduite et ne peut plus posséder d'aviation ni de blindés.

Ce lourd tribut à payer provoque la colère des Allemands et le Parti national-socialiste des travailleurs allemands tristement connu sous le nom de Parti nazi est fondé en 1920. Ce parti d'extrême droite, nationaliste, antisémite et anticapitaliste va connaître une fulgurante ascension et son chef, Adolf Hitler, devient chancelier du Reich en 1933. Deux ans plus tard, l'Allemagne adopte dans la hâte les « lois de Nuremberg », qui ont pour but de « protéger le sang allemand ». Ces textes servent en réalité à appuyer la politique antisémite qui interdit notamment le mariage entre Juifs et non-Juifs et qui vise à écarter les Juifs de la vie économique du pays.

 

Le 1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne et la seconde guerre mondiale est déclarée deux jours plus tard lorsque la France et le Royaume-Uni rentrent dans le conflit pour protéger les intérêts de leur allié.

L'offensive allemande soutenue par l'Italie et le Japon est brutale et en quelques mois, une partie de l'Europe, de l'Union soviétique et de l'Afrique du Nord est occupée par les troupes d'Hitler.

Mal équipée pour affronter les grands froids, l'armée allemande va cependant connaître ses premières défaites dès l'hiver 41/42 sur le front russe. Au même moment, l'attaque de la base navale américaine de Pearl Harbor par l'aviation japonaise pousse le Président Roosevelt à signer l'entrée en guerre des États-Unis ce qui va être un tournant décisif pour l'issue du conflit.

Les Allemands se battent sur plusieurs fronts (Union Soviétique, Afrique du Nord) et essuient plusieurs défaites successives tandis que les États-Unis ont débuté la reconquête des îles du Pacifique infligeant des lourdes pertes aux troupes japonaises.

En mai 1943, les Alliés délivrent l'Afrique du Nord et poursuivent leur progression en Italie qui ne tarde pas à accepter un armistice.

Le débarquement des troupes alliées en Normandie le 6 juin 1944 précipite l'issue de la guerre. Après quelques jours de combats sanglants, les Alliés repoussent les troupes allemandes et délivrent la France et la Belgique, ville après ville tandis que les Soviétiques prennent Berlin en avril 1945. Hitler se suicide dans son bunker le même jour. Les Allemands signent la capitulation du 3ème Reich le 8 mai.

Le temps de la reconstruction

L'Allemagne est occupée par les Alliés qui doivent décider de son sort. C'est le début de la « Guerre froide » entre l'URSS et les USA qui ne parviennent pas à s'entendre. Dans ce contexte, l'Allemagne est divisée en deux, la République Fédérale d'Allemagne à l'Ouest et la République démocratique allemande à l'Est.

Si la RFA soutenue par le plan Marshall (soutien financier américain permettant la reconstruction de l'Europe en échange d'importations de produits américains) connaît rapidement un nouvel essor, il n'en est pas de même pour l'Allemagne de l'est qui connaît une période d'appauvrissement.

En 1990, le mur de Berlin tombe et les deux Allemagnes sont réunies pour devenir la première puissance économique européenne.

Vie politique en Allemagne

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l'Allemagne est une république fédérale régie par la Loi fondamentale (constitution). La capitale de l'Allemagne réunifiée est Berlin (Bonn était capitale de la RFA avant la réunification).

Le président de la République fédérale (actuellement Frank-Walter Steinmeier membre du Parti social-démocrate) est élu au suffrage indirect (par le Parlement) pour cinq ans, le mandat est renouvelable une fois. Son rôle est limité et est essentiellement de représentation du pays.

Le Parlement est constitué du Bundestag (assemblée parlementaire) et du Bundesrat (conseil fédéral) composé des représentants des Länder.

 

Le véritable pouvoir est aux mains du chancelier fédéral élu par le Bundestag pour 4 ans, le mandat est renouvelable sans limite.

Le chef du gouvernement actuel est Angela Merkel, élue en 2005. Angela Merkel est issue du parti libéral-conservateur CDU (Union chrétien-démocrate d'Allemagne).

Démographie

Avec près de 83 millions d'habitants, l'Allemagne est la nation européenne la plus peuplée. On remarque de fortes concentrations dans les villes de l'Ouest.

Paradoxalement, l'Allemagne connaît un taux de fécondité très bas avec 1,5 enfant par femme. L'augmentation de la population est principalement liée à une forte migration. Plus de 10% de la population totale est étrangère.

Pour palier à la baisse de fécondité, le gouvernement a mis en place une politique familiale prévoyant notamment la création de crèches, un salaire parental et l'aménagement du temps de travail.

Première puissance économique de l'Europe

Malgré les deux guerres mondiales, l'Allemagne est aujourd'hui la première puissance économique européenne et la quatrième mondiale ce qui lui permet d'avoir un faible taux de chômage et un niveau de vie confortable. Son économie repose essentiellement sur le commerce extérieur grâce à une forte industrialisation du pays (construction automobile et mécanique, industrie chimique, électrotechnique) et à un remarquable réseau de communication (autoroutier, ferroviaire, maritime et fluvial).

 

Cette économie forte permet également de développer le secteur tertiaire et le tourisme d'affaires. Les Allemands favorisent également le tourisme familial en multipliant les animations et les événements sportifs ou culturels.

Enfin, l'agriculture occupe une part importante dans l'économie allemande notamment la production de céréales et de lait.

L'Allemagne au quotidien

L'allemand est la langue maternelle d'approximativement 90% de la population. Il s'agit d'une langue indo-européenne issue de la branche occidentale des langues germaniques aux consonances similaires au néerlandais. Notons également l'existence des deux langues traditionnelles des tziganes, les Sintis et les Roms et d'un nombre important de dialectes dont le bas-allemand, le bavarois ou l'alémanique souabe.

 

Les guerres de religion qui ont secoué l'Allemagne ont laissé des traces. L’Église évangélique en Allemagne (protestantisme) et l’Église catholique romaine se partagent le pays, la première étant majoritaire au nord et à l'est du pays tandis que la seconde est majoritaire en Rhénanie, en Bavière et au sud du Bade-Wurtemberg. La minorité turque concentrée essentiellement dans la Ruhr et dans la capitale est islamique.

Notons également qu'un peu plus d'un tiers des Allemands se disent athées.

 

L'Allemagne est aussi une nation tournée vers les arts et de nombreux musiciens, poètes, peintres ou sculpteurs sont d'origine allemande. Le romantisme est omniprésent dans les œuvres, largement inspirées des paysages.

Citons, par exemple, Holbein et Dürer pour la peinture, le poète Goethe, les frères Grimm et leurs contes, les philosophes Kant et Nietzsche, les dramaturges Bertold Brecht et Büchner et, bien entendu, les nombreux musiciens, Haendel, Jean-Sébastien Bach, Gluck, Weber, Schubert, Wagner, Beethoven ou Mozart.

 

La gastronomie allemande a la réputation d'être lourde et abondante à l'image de ses choucroutes ou de ses gâteaux de la Forêt Noire. Il existe cependant bien d'autres plats régionaux traditionnels souvent méconnus des touristes. Notons les tartes flambées, les nouilles aux œufs, les saucisses grillées ou fumées, le hareng aux betteraves rouges, ....

Les Allemands privilégient un petit déjeuner copieux à base de fromages et de charcuteries, de céréales et de pain complet. A midi, le menu se compose généralement d'une soupe, de viande et de légumes et d'un dessert. Traditionnellement, les Allemands prennent un repas du soir composé de pain et de charcuteries aux environs de 18hr. Ces habitudes ont tendance à être abandonnées en raison des horaires incompatibles.

Il est également fréquent que les Allemands s'attablent dans un salon de thé à l'heure du goûter.

Les repas sont le plus souvent accompagnés de bière ou de vin blanc (Riesling, Rivaner...).

Tourisme

Malgré une recrudescence des actes de terrorisme dans les pays européens et une augmentation de la petite délinquance dans les villes et dans les lieux à forte affluence, l'Allemagne est un pays sûr et ouvert au tourisme.

 

Plus de 40 sites allemands sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO , témoins de la richesse culturelle, naturelle et historique du pays.

Parmi les incontournables, citons

 

  • les cathédrales d'Aix-la-Chapelle, d'Ulm, de Cologne, de Spire et de Hildesheim

  • la Route romantique bordée de cités médiévales et de villes impériales

  • les sites préhistoriques du Bade-Wurtemberg et de la Bavière

  • les vestiges romains de Cologne et de Trèves

  • les châteaux de Heidelberg, de Mannheim, de Nuremberg, de Ludwigsburg et de Neuschwanstein

  • l'île monastique de Reichenau sur le lac de Constance

  • Dresde et sa vieille ville, un trésor culturel à ciel ouvert

  • la Forêt Noire

  • le quartier historique de Hambourg

  • la ville de Lübeck, centre de la ligue hanséatique

  • les nombreux parcs nationaux et régionaux

  • ...

 

La fête de la Bière (Oktoberfest), les marchés de Noël, le parc d'attraction de Phantasialand sont autant d'occasions pour visiter l'Allemagne festive.