Pays Azerbaïdjan

azerbaidjan

L'Azerbaïdjan possède 12 régions, 72 divisions, 4 districts et 1 339 villes.

L'Azerbaïdjan est un pays d'Europe de l'Est d'une superfice de 86 600 km² (densité de 106 hab./km² environ).
La population de l'Azerbaïdjan est de 9 164 600 habitants au dernier recensement.
La capitale de l'Azerbaïdjan est la ville de Bakou qui compte 2 045 815 habitants.

Le président de la République présidentielle de l'Azerbaïdjan est Ilham Aliyev.

Vous aimez ? Partagez !

Azerbaïdjan

L'Azerbaïdjan ou République azerbaïdjanaise est un pays d'Asie occidentale situé dans le Caucase et partageant des frontières avec l'Arménie, la Turquie, la Géorgie, la Russie et l'Iran. Il est bordé par la mer Caspienne.

Bien que situé géographiquement en Asie, l'Azerbaïdjan est culturellement proche de l'Europe comme les autres pays de la Transcaucasie, la Géorgie et l'Arménie. Cette ambivalence lui permet notamment d'être membre de différentes organisations internationales dont le Conseil de l'Europe ou le Conseil turcique.

L'Azerbaïdjan en un coup d’œil

République présidentielle

Capitale : Bakou

Divisions administratives : 66 rayons ou districts

Population : plus de 9 millions d'habitants

Langue principale: azéri (azerbaïdjanais ou azéri-turc)

Religion principale: islam (85% chiites et 15% sunnites)

Président actuel : Ilham Aliyev

Premier ministre actuel : Artur Rasiada

Monnaie : Manat azerbaïdjanais (1 Manat = 100 qepik)

Conversion en euro : 100 Manat azerbaïdjanais = 53 euros

Tourisme : les séjours en Haut-Karabagh et dans les zones frontalières avec l'Iran et le Daghestan sont fortement déconseillés

Au pays des fleuves et des lacs

L'Azerbaïdjan est divisé en trois grandes régions géographiques, la bande côtière longeant la mer Caspienne, les plaines couvrant le centre du pays et les montagnes appartenant aux chaînes des Grand et Petit Caucase. Le plus haut sommet de l'Azerbaïdjan est le Bazardüzü Dagi qui culmine à 4.466 mètres d'altitude.

Le pays profite d'un important réseau hydrographique et compte plus de 8.000 fleuves et rivières ainsi que 250 lacs ce qui permet d'irriguer les cultures et de palier les faibles précipitations enregistrées par le pays.

En raison de ses différents reliefs, l'Azerbaïdjan connaît plusieurs types de climat, tempéré sur la côte, continental dans l'ouest, froid dans les montagnes et subtropical à semi-aride dans le centre et l'est.

 

L'Azerbaïdjan a pour particularité d'avoir une enclave arménienne au cœur de ses territoires, le Haut-Karabagh. Cette enclave est au centre d'un conflit non résolu entre les deux pays depuis la fin de l'URSS.

En 1991, le Haut-Karabagh s'est proclamé indépendant mais il n'a jamais été reconnu comme état par la plupart des nations. Malgré un cessez-le feu signé entre Arméniens et Azerbaïdjanais en 1994 et l'organisation de négociations par le Groupe de Minsk créé par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, les tensions restent vives.

 

D'autre part, l'Azerbaïdjan inclut également la République autonome du Nakhitchevan séparé du reste du pays par une bande de terre arménienne.

Un berceau de l'humanité

L'Azerbaïdjan a été occupé dès la préhistoire, probablement durant l'âge de la pierre. Des fouilles archéologiques entreprises dans des grottes situées principalement dans la région du Karabagh et du Gazakh ainsi qu'en République autonome du Nakhitchevan ont permis de découvrir des traces d'occupation datant de plus de 1,5 million d'années.

Le pays abrite donc l'un des premiers habitats humains comme le confirme la découverte de la mâchoire de l'homme d'Azikh qui a vécu il y a approximativement 400.000 ans.

 

Vers le 4ème millénaire avant notre ère, un peuple sédentaire s'y organise en tribus structurées . L'étude de textes sumériens et assyriens laisse supposer que les terres de l'Azerbaïdjan ont été occupées successivement par différents clans émergents dont les Scythes, entre le troisième millénaire et le 4ème siècle avant JC. Ces différents clans seraient par conséquent à l'origine des plus anciennes cultures de l'Asie Mineure comme Sumer, Babylone ou l'Assyrie.

De nombreux peuples ont cherché à s'accaparer les territoires fertiles du pays ce qui a permis à la culture azerbaïdjanaise de s'enrichir de ces différentes influences qui lui donnent toute son originalité encore aujourd'hui.

L'époque turque

Au 11ème siècle, les Seldjoukides, une famille appartenant à la tribu turcique oghouze originaire de l'actuel Kazakhstan étendent ses territoires et englobent une partie de l'Azerbaïdjan dont la régence est confiée à des atabegs, dignitaires turcs à partir de 1137. Les atabegs d'Azerbaïdjan se retournèrent contre les Seldjoukides pour former leur propre dynastie. Celle-ci disparut à son tour en 1225 suite au partage des territoires entre les descendants de l'atabeg Qizil Arslan et à l'affaiblissement de l'empire qui ne résista pas à Jalal ad-Din. Ce Chah de la dynastie perso-turque des Khwârezm se fait proclamer souverain d'Azerbaïdjan mais son règne est de courte durée. Il doit abandonner ses nouvelles conquêtes dont la capitale de l'Azerbaïdjan oriental, Tabriz, face aux troupes du Mongol Ögedeï, fils de Gengis Khan, en route pour conquérir les steppes russes.

Le rayonnement de Tabriz

Les Mongols fondent alors l'Empire des Ilkhanides et choisissent Tabriz (Azerbaïdjan oriental) comme capitale et centre administratif. La ville connaît un incroyable essor économique et culturel et attire de nombreux marchands empruntant la Route de la Soie. Pillée en 1392 par le fondateur de la dynasties des Timourides, Tamerlan, Tabriz sera entièrement reconstruite par la tribu sunnite turkmène Aq Qoyunlu qui va prendre le pouvoir de 1469 à 1502.

L'âge d'or de Tabriz prend fin au début du 16ème siècle sous le règne d'Ismail 1er, Chah de Perse et fondateur de la dynastie des Safavides convertie au chiisme duodécimain (12 Imams successeurs du prophète Mahomet).

Tabriz situé près de la frontière ottomane subit des assauts réguliers et le Shah déplace sa capitale à Qazvin, en Iran.

Sous la domination iranienne

Les Ottomans finissent par sortir vainqueurs de cette guerre qui s'éternise jusqu'à la fin du 16ème siècle. Ils règnent sur l'Azerbaïdjan pendant une vingtaine d'années avant d'être à leur tour écrasés par le Shah Abbas1er qui redresse la dynastie des Safavides. La capitale de ce nouvel Empire est transféré à Ispahan tandis que la langue azerbaïdjanaise, l'Azéri n'est plus la langue officielle d'un pays qui s'est entièrement tourné vers la civilisation iranienne.

Les descendants d'Abbas 1er qui règne pendant plus de 40 ans n'ont pas son envergure et l'Empire amorce un lent déclin qui se terminera en 1760 sous le règne d'Ismaïl III destitué par le Kurde Mohammad Karim Khân.

La période soviétique

A la même époque, l'Empire russe songe à étendre ses territoires en direction du Caucase afin de se frayer un chemin vers le Moyen-Orient. La tsarine Catherine II fonde la vice-royauté du Caucase et la Russie s'engage dans des conflits contre les Ottomans et la Perse.

Après la révolution russe de 1917, la vice-royauté est partagée en quatre, la République démocratique d'Azerbaïdjan, la République démocratique de Géorgie, la République démocratique d'Arménie et la République montagnarde du Nord-Caucase.

L'ensemble de ces états seront englobés en 1920 dans l'Union Soviétique. L'Azerbaïdjan devient République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan en 1936.

L'après-URSS

Le pays se proclame indépendant après la chute de l'URSS le 30 août 1991 et devient membre de l'ONU l'année suivante. Bakou devient la capitale du pays.

La guerre avec l'Arménie concernant le Haut-Karabagh éclate en 1988 et, en 1993, l'armée arménienne occupe la bande de terre azerbaïdjanaise comprise entre ses propres frontières et le territoire convoité. Bien que le Conseil de sécurité des Nations-Unies condamne sévèrement cette occupation, la situation engendre un conflit interne qui aboutit à un coup d’État et à l'élection d'Heydar Aliyev qui restera à la tête du pays pendant plus de 10 ans.

Son fils, Ilham Aliyev lui a succédé en 2003.

Vie politique

L'Azerbaïdjan est une République présidentielle forte dont le Président est élu au suffrage universel pour une période de 5 ans, son mandat est renouvelable.

Le pouvoir exécutif est confié au Président qui nomme son Premier Ministre (chef du gouvernement) et les Ministres. Cette nomination doit être validée par le parlement. La religion et l’État sont séparés.

 

Le pouvoir législatif monocaméral est confié à l'Assemblée nationale de la République d'Azerbaïdjan (parlement) mais son influence reste anecdotique . Le Président garde la mainmise sur les pouvoirs législatif et judiciaire du pays.

 

Le Nakhitchevan est une République autonome d'Azerbaïdjan qui n'a aucune frontière commune avec le reste du pays. La région est particulièrement isolée en raison des tensions existant entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. En revanche, elle ne participe pas militairement au conflit.

Une économie basée sur le pétrole

Pays historiquement agricole, l'Azerbaïdjan connaît aujourd'hui une forte croissance grâce à l'exploitation du pétrole en mer Caspienne, malgré un net ralentissement depuis la crise économique mondiale.

Cependant, le niveau de vie moyen de la population reste bas, conséquence de l'effondrement du bloc de l'est. L'accès aux soins de santé est encore trop réduit.

L'Azerbaïdjan dépend quasi exclusivement de ses exportations de produits pétroliers et doit tenter de diversifier ses ressources pour palier les crises et pour se développer.

La culture azerbaïdjanaise

La population totale de l'Azerbaïdjan dépasse les 9 millions d'habitants appartenant majoritairement (plus de 90%) au groupe ethnique des Azéris.

L'azéri est la langue maternelle de la plupart des Azerbaïdjanais. Il s'agit d'une langue altaïque turque qui inclut des mots persans, arabes et russes, héritage des conquêtes.

A la différence de l'azéri iranien qui a adopté l'alphabet arabe, l'azéri azerbaïdjanais s'écrit en alphabet latin depuis 1991. Il était autrefois écrit en cyrillique (de 1939 à 1991) et en arabe (du 7ème siècle à 1939).

 

La plupart des Azerbaïdjanais sont musulmans chiites ou sunnites. Seuls quelques-uns sont orthodoxes russes ou apostoliques arméniens.

 

La cuisine azerbaïdjanaise est très variée et a été influencée par l'histoire du pays. Viandes, œufs et poissons accompagnés de pain ou de riz sont consommés en abondance. Leurs pâtisseries sont inspirées par la gastronomie orientale.

La bière et le thé servi avec des confitures sont les boissons préférées. L'alcool de mûres et de cornouilles est préparé pour soigner les malades.

Tourisme

Le tourisme n'est pas encore développé en Azerbaïdjan et certaines zones proches du Haut-Karabagh ainsi que la frontière avec l'Arménie, l'Iran et la Russie sont déconseillées en raison de l'insécurité qui y règne.

La ville de Bakou est sécurisée mais il est cependant préférable de ne pas s'aventurer dans des rues mal éclairées et plus généralement éviter tout déplacement pendant la nuit.

 

Si aucune vaccination n'est obligatoire, il est recommandé d'être en ordre de vaccin contre la Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite, la rubéole, les oreillons, la rougeole, la fièvre typhoïde, la rage et les hépatites virales A et B. Il faut également se protéger contre les piqûres d'insectes responsables du paludisme et éviter les comportements à risque en raison des risques d'infection par le virus VIH et des maladies sexuellement transmissibles.

 

L'Azerbaïdjan est un pays traditionnellement accueillant et les étrangers sont fréquemment invités à partager le thé ou le repas avec leurs hôtes.

 

La capitale Bakou est la plus importante ville du pays. Installée au bord de la mer Caspienne, elle possède un beau patrimoine historique dont plusieurs monuments à l'architecture persane. La forteresse d'Icheri-Shekher fondée au 11ème siècle est le lieu à visiter avant de s'attabler dans un des anciens caravansérails métamorphosés en restaurants.