Pays Algérie

algerie

L'Algérie possède 48 wilayas et 2 211 villes.

L'Algérie est un pays d'Afrique d'une superfice de 2 381 741 km² (densité de 16,08 hab./km² environ).
La population de l'Algérie est de 37 100 000 habitants au dernier recensement.
La capitale de l'Algérie est la ville de Alger qui compte 2 364 230 habitants.

Le président de la République de l'Algérie est Abdelaziz Bouteflika.

Vous aimez ? Partagez !

Algérie

« Par le peuple et pour le peuple »

L'Algérie ou République algérienne démocratique et populaire est un pays situé en Afrique du Nord faisant partie du Petit Maghreb. Elle partage des frontières avec le Maroc, le Mali, la Libye, la Tunisie, le Niger, la Mauritanie et le Sahara occidental.

L'Algérie est indépendante depuis 1962, après être restée colonie française pendant 132 ans.

Plus grand pays du pourtour méditerranéen et du monde arabe, l'Algérie propose à ses visiteurs de nombreux paysages et climats, des stations balnéaires du Tell au désert du Sahara en passant par les montagnes de l'Atlas. La grande majorité de ses habitants se concentre dans les villes du nord du pays malgré les tentatives réalisées par le gouvernement pour endiguer l'exode rural.

 

La capitale Alger abrite plus de 6 millions de personnes et est la plus grande ville maghrébine.

L'Afghanistan en un coup d’œil

République démocratique d'Algérie

Capitale : Alger

Divisions administratives : 48 wilayas divisés en daïras regroupant plusieurs communes

Population : plus de 40 millions d'habitants

Langues officielles :arabe, kabyle, chaoui, français

Religion principale : islam

Président actuel : Abdelaziz Bouteflika

Monnaie : Dinar algérien (1 dinar algérien = 100 centimes)

Conversion en euro : 100 afghani = ,82 euro

 

Tourisme : de vastes zones du pays sont déconseillées en raison des risques d'attentats terroristes.

Un pays de contrastes

Entre le littoral au climat méditerranéen et le désert du Sahara, l'Algérie est une terre offrant de nombreux paysages à ses visiteurs.

Une large bande composée de reliefs montagneux, de plaines et de vallées appelée Tell sépare la côte des steppes des Hauts Plateaux et plus loin de l'Atlas saharien et du Sahara algérien. S'étirant le long des 1.622 km de littoral, elle est composée de 25 wilayas (division administrative) sur les 48 que compte le pays. C'est dans le Tell qu'habitent plus de 60% de la population algérienne qui bénéficie ainsi de l'attrait touristique des stations balnéaires et des terres fertiles peu présentes dans le pays. En effet, l'Algérie se compose de près de 85% de zones désertiques et de chaînes montagneuses avec le Hoggar comme point culminant à 3.003 mètres d'altitude.

Cette succession de reliefs différents explique également les fortes variations climatiques entre le nord, le centre et le sud du pays.

Les villes côtières bénéficient d'un agréable climat méditerranéen tandis que le climat est beaucoup plus rude dans les régions montagneuses, notamment en Kabylie qui connaît des hivers rigoureux avec de la neige et des températures largement négatives et des étés chauds et secs.

En raison de leur enclavement au milieu des massifs montagneux, les plateaux et les vallées situés dans le centre du pays connaissent des étés particulièrement étouffants et les températures peuvent dépasser les 45 degrés.

Le Sahara connaît le climat désertique typique avec des températures diurnes de plus de 40 degrés et des températures nocturnes avoisinant les 5 degrés en été. En hiver, les températures sont plus supportables et se situent dans une fourchette de 15 à 28 degrés.

Si les précipitations sont régulières et parfois abondantes dans le nord du pays, ce qui permet à l'agriculture et aux zones forestières de se développer, le Sahara connaît un climat sec et aride avec des vents pouvant soulever d'importantes quantités de poussières et de sable. Ce vent chaud et sec appelé Sirocco souffle parfois pendant plusieurs jours du Sud vers le Nord, déplaçant du sable jusque dans les Alpes.

S'il existe quelques cours d'eau dans le nord du pays, les rivières et les lacs majoritairement salés situés au sud du Tell ne sont pas permanents.

Paradoxalement, le sous-sol du désert algérien abrite la plus vaste nappe phréatique du monde, la nappe de l'Albien constituant ainsi une immense réserve d'eau douce. Les oasis et palmeraies sont alimentées par les eaux souterraines.

 

L'Algérie est une terre d'accueil pour de nombreuses espèces d'animaux et de nombreux parcs ont été créés afin de les protéger efficacement. On retrouve dans le nord du pays notamment des hyènes, des renards, des chats sauvages, des chacals et des sangliers tandis que le sud algérien est peuplé de la faune des déserts comme le fennec, la gerboise ou le chat des sables. Le littoral abrite de nombreux oiseaux migrateurs dont la cigogne et l'épervier d'Europe venus passer la mauvaise saison sous un climat plus clément.

Les Algériens ont très vite domestiqué les chevaux et les dromadaires pour se déplacer.  

Un pays vieux de près de 2 millions d'années

La région correspondant à l'actuelle Algérie a connu une histoire mouvementée depuis la nuit des temps. Les découvertes archéologiques nous permettent d'affirmer que le site d'Aïn El Ahnech, dans la wilaya de Sétif située dans le nord-est du pays, était déjà occupée durant le Paléolithique, il y a 1,8 million d'années. Les restes d'hominidés découverts in situ sont les plus anciens de l'Afrique du Nord.

Durant le néolithique, une nouvelle civilisation apparaît dans la région de Constantine. Il s'agit des Capsiens, ancêtres des Numides Berbères qui vont petit à petit se développer dans l'ensemble du Maghreb. Les Capsiens habitent dans des huttes, offrent une sépulture à leurs morts, domestiquent des troupeaux d'ovins et de bovins, produisent des poteries et des objets artisanaux dont les bijoux fabriqués à partir de coquillages et sont les auteurs de magnifiques peintures rupestres. Ils vont également devenir les premiers agriculteurs de l'Afrique du Nord.

Une partie des Capsiens migre vers le Sahara au troisième millénaire avant notre ère. C'est cette branche qui va vraisemblablement donner naissance aux Gétules, une civilisation émergente durant toute l'Antiquité algérienne. Des écrits mentionnent notamment des échanges commerciaux entre eux et les Égyptiens aux alentours de 1350 avant JC.

 

Durant le 1er millénaire avant JC , le Berbère Sheshonq soulève plusieurs tribus Gétules et vainc le pharaon Psousennès II dont il épouse la fille ce qui lui permet de régner sur l’Égypte et de fonder la XXIIème dynastie. C'est ainsi que le cheval déjà connu par les Égyptiens en raison de leurs contacts avec l'Asie est introduit en Algérie.

Sous l'influence de Rome

Les Gétules devenus des guerriers nomades et des cavaliers émérites migrent vers le Nord, poussés par la désertification du Sahara. Ils organisent des raids contre les tribus sédentaires et deviennent de plus en plus puissants ce qui n'est pas passé inaperçu.

C'est pour cette raison, que ces cavaliers seront recrutés comme mercenaires par Hannibal le Carthaginois qui mène alors campagne contre les Romains (guerres puniques).

Ces guerres vont durer plus d'un siècle et se solder par la victoire des Romains qui s'emparent de Carthage et assoient leur domination sur la Méditerranée occidentale. Si Rome a réussi à sortir vainqueur de ces conflits, c'est en partie grâce aux Gétules qui lors de la dernière guerre punique vont offrir leurs services aux Romains pour combattre Jugurtha, roi des Numides en échange de ses terres et de la citoyenneté romaine. Les Numides sont les descendants des Capsiens sédentaires et contrôlent les plaines comprises entre le littoral et l'Atlas depuis le 3ème siècle avant JC

Les Gétules se sédentarisent sur les terres confisquées aux Numides et vont petit à petit perdre leur art de la cavalerie et s'intégrer dans les populations locales. Le peuple et la culture gétules disparaissent définitivement au 3ème siècle après JC.

 

A la même époque, dans le Sahara, les Garamantes, branche cousine des Gétules, fondent un royaume qui s'étend en partie sur l'Algérie, la Libye, le Mali, le Tchad et le Niger. Tout comme les Gétules, les Garamantes sont des habiles cavaliers mais ils domestiquent également les dromadaires ce qui tendrait à confirmer l'hypothèse selon laquelle les Garamantes sont les ancêtres des Touaregs.

Ils s'installent dans des oasis fortifiées et contrôlent l'ensemble des routes commerciales d'une vaste région, devenant une grande puissance.

Ils seront néanmoins vaincus par les Romains et disparaîtront en tant que peuple aux alentours de 400 de notre ère.

 

Les Romains installent de nombreux vétérans en Afrique et ceux-ci vont se mêler à la population existante tandis que l'offre de terres aux tribus nomades poussent ceux-ci à se sédentariser. Rome occupe le pays en douceur malgré quelques révoltes des Numides chassés de leurs terres en faveur des Gétules et des colons romains. Les Romains vont alors reconstruire les villes numides sur le modèle du plan romain et édifier de nouvelles cités comprenant les principaux monuments caractéristiques comme les amphithéâtres, les thermes, les forums et les temples.

Les villes attirent les Numides devenus nomades provoquant ainsi un exode rural et une romanisation rapide de la région qui va connaître un grand essor économique et culturel. L'Algérie va non seulement vivre de ses productions mais va également se développer grâce aux exportations vers Rome.

Sous l'influence de Byzance

La Numidie connut un déclin économique parallèle à celui de Rome vers le milieu du 3ème siècle. Des révoltes éclatent à nouveau et le donatisme (doctrine chrétienne schismatique) s'installe petit à petit dans une région hostile à Rome. Des extrémistes baptisés Circumcellions vont interpréter à leur façon les Écritures, souhaitant mourir en martyrs afin de mériter le paradis. Ils vont attaquer sans discernement les fermiers et les voyageurs voire se suicider pour y parvenir. La secte jugée hérétique a été réprimée et a disparu au 4ème siècle. En 430, les Vandales envahissent le pays, poussant les Romains à abandonner leurs territoires sur le continent africain. Ils seront à leur tour chassés par les Byzantins menés à la victoire par le général Belisaire, en 534.

Sous l'influence musulmane

Les Byzantins occupent le territoire algérien pendant près de 150 ans avant de devoir à leur tour l'abandonner aux mains des Arabes lors de la conquête musulmane du Maghreb. Les Musulmans se heurteront cependant à une forte résistance des Berbères et de nombreuses tribus se coalisent pour s'opposer aux Omeyyades, dynastie dominante de califes. En 708, la victoire musulmane est assurée et marque le début de l'islamisation de l'Algérie.

Les Arabes régneront pendant plus de quatre siècles sur un pays souvent déchiré par des tensions, des révoltes voire des guerres au gré des alliances des différentes tribus berbères.

Finalement, une nouvelle dynastie berbère, les Almohades, va émerger au début du 12ème siècle. Elle va réunifier le Maghreb ainsi que les possessions musulmanes de la péninsule ibérique (l'Al-Andalus) et gouverner sur la région jusqu'en 1269. c'est à cette époque que l'Afrique du Nord s'ouvre au commerce avec le monde chrétien qui apprécie notamment le travail du cuir.

Différentes dynasties s'imposent tour à tour pour diriger le Maghreb. Cette situation montre l'affaiblissement des Musulmans et pousse les Espagnols et les Portugais à récupérer leurs territoires lors de la « Reconquista » qui s'achève en 1492 lors de la prise de Grenade, ultime possession musulmane sur la péninsule ibérique, par les Rois Catholiques espagnols.

Cette reconquête entraîne une exode des Juifs et des Musulmans expulsés d'Espagne (les Morisques) en direction du continent africain et notamment en Algérie. Ils s'installent dans les villes du nord du pays et sont à l'origine d'une nouvelle mixité de cultures.

Sous l'influence des Ottomans

Les Espagnols vont continuer leur expansion en Algérie durant le 16ème siècle, s'emparant notamment d'Oran et d'Alger. Sous l'impulsion des chefs musulmans soufis et des frères Barberousse, le pays est placé sous la protection des Ottomans après la reprise d'Alger. Kheireddine Barberousse devient sultan de la régence d'Alger, un État de l'Empire ottoman.

Il s'ensuit une période trouble faite de pillages des navires croisant au large d'Alger et de raids sur la péninsule ibérique. La ville d'Alger devenue un important port de guerre réputé imprenable se lance dans la conquête des régions voisines encore aux mains des Espagnols. Charles-Quint sort vaincu d'une expédition destinée à sécuriser la Méditerranée.

Sous l'influence de la France

L'Algérie reste vassale des Turcs jusqu'en 1830 lorsque la France décide de s'emparer du pays. Cette conquête est marquée par la violence. Massacres, famine, raids meurtriers, pillages, destruction de récoltes et de villages, autant de crimes de guerre qui permettent aux troupes françaises à s'emparer du pays. Cette guerre sale est d'autant plus incompréhensible que l'Algérie a soutenu la France révolutionnaire attaquée par une coalition européenne. Elle fournit du blé à la population affamée et prête de l'argent sans intérêt. C'est cette dette qui est à l'origine des tensions puisque les différents régimes français mis en place après la Révolution n'entendent pas la régler, du moins pas entièrement.

La situation empire lorsque le dey d'Alger découvre qu'un entrepôt commercial occupé par les Français a été fortifié sans autorisation. N'obtenant pas de réponse du consul, le dey ne se domine plus et l'insulte et le frappe. L'incident donne un prétexte à la France qui se dit outragée pour attaquer ses anciens alliés et l'Algérie est annexée en 1834. De nombreux colons baptisés « Pieds noirs » vont s'installer dans le pays tandis que les populations locales obtiennent la citoyenneté française.

Une indépendance chèrement acquise

C'est à partir du début du 20ème siècle, que les Algériens réclament leur indépendance ou une reconnaissance de l'égalité de leurs droits. De nombreuses associations ainsi que des partis politiques voient le jour pour soutenir cette volonté mais il faut attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour voir les choses réellement bouger.

Des manifestations éclatent en 1945 dans plusieurs villes du pays et dégénèrent parfois en émeutes réprimées avec violence par les militaires français. Plusieurs milliers de manifestants perdent la vie en quelques jours tandis que les partis nationalistes sont interdits et que leurs chefs accusés de porter atteintes à la souveraineté française sont emprisonnés.

Ces tensions vont finalement débouchés sur la Guerre d'Indépendance, le 1er novembre 1954, durant la « Nuit de la Toussaint Rouge » marquée par de nombreux attentats visant les installations militaires et civiles françaises.

La guerre va durer huit années, le cessez-le-feu est signé le 19 mars 1962 et l'indépendance de l'Algérie est proclamée en juillet de la même année, provoquant un retour massif des « Pieds noirs » en France. Ahmed Ben Bella devient le premier président algérien.

L'Algérie connaît malgré tout une crise interne entre les différents partis et la révolte des Kabyles ainsi que des Touaregs. Un putsch écarte Ben Bella en 1965 et Houari Boumédiene alors Ministre de la Défense prend le pouvoir. Il souhaite développer l'économie et renforcer l'indépendance de son pays notamment en nationalisant le gaz et le pétrole ce qui va provoquer une véritable crise pétrolière à l'échelle internationale d'autant plus que l'exemple algérien est suivi par l'Irak et la Libye.

Boumédiene gouvernera l'Algérie et participera à son arabisation jusqu'à son décès, en 1978.

En 1991, l'Algérie connaît un nouvel épisode noir de son histoire avec une guerre civile opposant le gouvernement et des groupes islamistes. Ceux-ci utilise le terrorisme pour déstabiliser le gouvernement mais celui-ci sortira vainqueur du conflit lorsque le Groupe Islamique Armé reconnaît sa défaite en 2002. cette victoire est cependant ternie par les attentats qui endeuillent régulièrement le pays.

Abdelaziz Bouteflika est président de la République algérienne depuis 1999.

La vie politique

L'Algérie est une république démocratique depuis son indépendance, en 1962.

Le pouvoir exécutif est assuré par le Chef de l’état élu au suffrage universel tous les cinq ans, le mandat est renouvelable sans limite. Il nomme en personne le Premier Ministre et valide l'équipe gouvernementale sur proposition de celui-ci.

Le pouvoir législatif est assuré par le Conseil de la Nation (Chambre Haute) et par l'Assemblée populaire nationale (Chambre basse).

 

L'Algérie est influente dans le monde arabe, elle a notamment joué à plusieurs reprises le rôle d'intermédiaire dans des conflits notamment entre l’Égypte et l’Érythrée.

Une économie stable mais fragile

Dès son indépendance, l'Algérie a mené une politique de nationalisation notamment des entreprises étrangères installées sur son territoire. Cette main mise et la récupération des ressources naturelles de son sous-sol lui ont permis de retrouver rapidement une économie stable même si le chômage des jeunes reste préoccupant.

La situation reste cependant fragile car elle est liée au marché du pétrole et du gaz, un secteur en net recul ce qui pourrait entraîner une grave crise financière.

Il est donc important pour le pays de s'ouvrir aux investisseurs qui pourront concerner d'autres secteurs que l'énergie et développer le tourisme ou les télécommunications notamment.

Un pays berbère

La grande majorité des Algériens descend directement des tribus berbères et dans certaines régions isolées, les Kabyles et les Chauis parlent le Tamazight, dérivé du berbère ancien même si l'arabe est devenu la première langue du pays.

L'arabe d'Algérie, le dardja, est dialectal et témoigne de l'histoire du pays car on y retrouve des mots à consonance berbère, française, turque et espagnole.

La plupart des Algériens parlent également le Français.

Les différentes invasions et colonisations de l'Algérie ont malgré tout eu un impact sur la démographie du pays mais également sur le taux d'émigration puisqu'on estime que plus de 2 millions d'Algériens vivent en dehors de leurs frontières, dont la moitié en France.

 

L'Islam est la religion principale en Algérie et concerne environ 98% de la population bien qu'il existe une liberté de culte garantie par l’État Il n'est cependant pas permis de tenter de convertir un musulman à une autre religion sous peine d'amende et de prison.

De plus, la société tend à s'islamiser de plus en plus dans la vie quotidienne (port du voile islamique en progression, fermeture des bars et des cinémas, ...).

Les musulmans algériens sont généralement sunnites et, en plus faibles proportions, ibadites et soufies.

Les affaires religieuses sont gérées par le Haut conseil islamique et par le Ministre des Affaires religieuses qui est également chargé de la rémunération des imams, rabbins et prêtres et du financement des lieux de culte.

 

L'artisanat algérien est varié et de grande qualité. Il concerne les secteurs traditionnels comme la bijouterie, la dinanderie, la dentelle à l'aiguille, la confection de tapis, la poterie et la vannerie.

 

La cuisine algérienne est fort différente du nord au sud du pays. On retrouve les spécialités méditerranéennes le long de la côte et la gastronomie saharienne dans le sud.

La grande variété des légumes, des fruits, des épices, des viandes et des produits de la mer permet de proposer une cuisine savoureuse, colorée et variée.

Couscous, tajines, soupes, salades, feuilletés accompagnés de pains traditionnels sont au menu des Algériens qui apprécient également les saveurs mêlées du salé et du sucré.

Pour finir le repas en beauté, ils proposent des pâtisseries orientales et des entremets à la crème ou à la semoule aromatisés à la fleur d'oranger ou à la cannelle tandis que les gâteaux sont réservés aux grands événements

Thé à la menthe, café, citronnade et lait sont les principales boissons du pays même si les sodas locaux sont très populaires. Les boissons alcoolisées sont interdites par la religion et leur consommation si elle n'est pas illégale doit rester discrète.

Un patrimoine architectural exceptionnel

L'Algérie possède un important patrimoine culturel et sept de ses sites ont été repris sur la liste de l'UNESCO. Malheureusement, l'entretien de ce patrimoine n'est pas une priorité du gouvernement qui privilégient les ressources naturelles au tourisme et certains témoins de l'histoire du pays sont à l'abandon voire détruits.

En visite dans le pays, il est indispensable de découvrir quelques sites incontournables :

  • la casbah d'Alger , un dédale de petites rues abritant des trésors comme les ruines de la citadelle, des mosquées et des palais ottomans

  • Les vestiges de Djemila, de Tipaza et de Timgad, témoins de l'occupation romaine dans la région

  • les villages fortifiés du Mzab fondés du 11ème au 17ème siècle par les Ibadites

  • les peintures rupestres du Tassili n'Ajjer

Le tourisme n'est donc pas valorisé et même les Algériens se rendent en Tunisie pour passer leurs vacances en raison d'infrastructures peu accueillantes dans leur propre pays qui a pourtant d'immenses trésors à découvrir.

 

Le tourisme saharien connaît actuellement un réel succès et de nombreuses agences proposent la découverte notamment de la capitale touarègue Tamanrasset à dos de dromadaire ou en 4x4.

Tourisme

Malgré les efforts réalisés en vue d'améliorer la sécurité dans le pays,certaines régions de l'Algérie ainsi que les grandes villes restent les cibles d'actes terroristes, d'enlèvements et de meurtres. Il est formellement déconseillé de se rendre dans le sud et dans l'est du pays et la plus grande vigilance est de mise en cas de séjour ou de déplacement dans les autres régions.

Seuls les villes d'Alger, de Tipasa, d'Oran et de Tlemcen sont réellement sécurisées mais là encore, il faut rester vigilant, choisir des hôtels sécurisés et ne pas se rendre dans les quartiers à risque.

 

Le risque sanitaire est réduit mais il est conseillé d'être en ordre de vaccinations contre la Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite, les hépatites virales A et B, la fièvre typhoïde et la rage.

 

Il faut également observer quelques règles d'hygiène élémentaires, ne pas consommer de l'eau servi sans bouteille, se baigner uniquement dans les endroits surveillés (attention présence importante de bactéries dans l'eau surtout aux abords des villes) et ne pas caresser d'animaux errants.