Ville de Santo Domingo (Distrito Nacional)

republique-dominicaine

Présentation

Capitale de la République Dominicaine, un des deux pays composant l’île d’Hispaniola avec Haïti, la ville de Saint-Domingue se situe sur la côte sud du pays ce qui lui permet de jouir d’une situation idéale, bordée par la mer des Caraïbes. Affichant encore aujourd’hui les traces laissées par le passage des premiers colons, la ville se révèle un savant mélange de modernité et d’ancien, hérité de l’époque coloniale. Destination rêvée pour profiter de tous les avantages recherchés lors d’un séjour dans les Caraïbes, Saint-Domingue c’est également la promesse de partir sur les traces de la construction de la première ville du Nouveau Monde. En se laissant séduire par toutes les activités réalisables une fois sur place, la ville ne manquera pas de marquer l’esprit des voyageurs tant elle regorge de trésors à côté desquels il serait dommage de passer. Grâce à son histoire très riche, Saint-Domingue ne manque pas de points d’intérêts et une fois les visites achevées, c’est l’animation des quartiers qui permet aux touristes de s’imprégner des coutumes locales.

La ville de Santo Domingo appartient à la région Distrito Nacional.

La ville de Santo Domingo s'étend sur 104,44 km² et compte 965 040 habitants (recensement de 2010) pour une densité de 9 240,14 habitants par km². L'altitude moyenne est de 14 m.
Le maire de la ville de Santo Domingo est actuellement Roberto Salcedo.
Le nom anglais de la ville est Santo Domingo.
La devise de Santo Domingo est "Ciudad Primada de América". La ville de Santo Domingo a été fondée en 1496. Le site Internet de Santo Domingo est http://adn.gob.do

Points ou centres d'intérêts

La plus ancienne ville du continent

Christophe Colomb, à l’origine de la découverte de l’Amérique en 1492, fut également celui qui découvrit l’île d’Hispaniola, à qui il donna ce nom, en décembre 1492. D’abord installés au nord, les colons n’eurent d’autres choix que de descendre dans le sud de l’île pour y trouver plus de confort. Une fois arrivé sur la côté sud, c’est le frère cadet de Christophe Colomb, Bartolomeo, qui prit la décision d’édifier une ville nommée alors Nueva Isabela, pour la reine Isabelle de Castille. La ville a malheureusement dû essuyer un ouragan en l’an 1502 et être entièrement reconstruite pour prendre le nom de Santo Domingo de Guzman – Saint-Dominique de Guzman était un religieux catholique espagnol qui fut canonisé au XIIIème siècle. La nouvelle cité, considérée comme la première ville du Nouveau Monde et plus ancienne du continent américain, servit de modèle pour bâtir la plupart des autres villes du Nouveau Monde. Le modèle utilisé pour bâtir la ville est celui du plan en damier que l’on peut retrouver à New-York par exemple. La cité de l’époque correspond aujourd’hui à la zone coloniale qui est inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO depuis 1990. C’est enfin en 1508 que fut accordé le statut de ville à Saint-Domingue qui devint dès lors le siège de la vice royauté des Amériques. A l’époque, renommée pour son or, la ville abandonna l'activité liée à l'or pour se concentrer sur la culture de la canne à sucre. Cette décision fut très bonne puisque la canne à sucre connut un réel succès en Europe permettant ainsi d’entreprendre de grandes constructions à Saint-Domingue. Ces grandes constructions font aujourd’hui partie de l’héritage colonial de la ville et constituent un grand nombre de sites historiques dans lesquels les touristes ont tout intérêt à venir passer quelques instants pour se projeter quelques siècles en arrière.

Un passé colonial ancré dans la ville

Le passé colonial et l’influence espagnole sont fortement ressentis dans de nombreux monuments et sites historiques de la ville. Ces monuments sont majoritairement regroupés dans la zone coloniale, également appelée vieille ville, correspondant à la ville de Saint-Domingue à l’époque coloniale et étendue sur environ trois kilomètres. Parmi les témoignages de ce passé de multiples monuments tous aussi incroyables s’érigent, fiers, n’attendant plus que de raconter leur histoire aux visiteurs. La zone coloniale se distingue par son style architectural propre à l’époque où l’île fut découverte par Christophe Colomb. Le Fort de Colon, érigé en 1510, est un palais au sein duquel furent accueillis les grands conquistadors espagnols. Restauré dans les années 1960 après avoir été abandonné au cours du XVIIème siècle, ce bâtiment de style Renaissance abrite aujourd’hui le musée colonial. Autre passage important au cours de cette visite, la cathédrale Santa Maria la Menor qui fut la première cathédrale du Nouveau Monde à être bâtie. D’une superficie d’environ 3 000 mètres carrés, l’édifice est un savant mélange de styles gothique, baroque et de la Renaissance espagnole. C’est également en son sein que furent préservés les restes de Christophe Colomb jusqu’en 1992, date à laquelle fut inauguré un mausolée en son honneur. Le monument, quelque peu controversé, se trouve en dehors du centre-ville en direction de l’est et porte le nom de Phare de Colomb. Pour achever la visite de la zone coloniale, la forteresse Ozama, datant du XVIème siècle et nommée ainsi en raison de sa proximité avec le fleuve du même nom, fut la première construction à vocation militaire du continent. A l’intérieur, il est original de trouver d’anciennes cellules de prison. Une fois que le quartier colonial n’a plus de secrets pour ses visiteurs, ceux-ci sont invités à rejoindre le centre-ville pour y découvrir le musée de l’homme dominicain qui retrace toute l’histoire de la République Dominicaine à travers ses premiers habitants, la période coloniale ou celle de l’esclavage. Chargée d’histoire la ville de Saint-Domingue n’a pour autant pas fini de surprendre les touristes en leur proposant de donner à leur séjour les couleurs locales.

Une ville animée à toute heure

Pour ceux qui veulent trouver une alternative à la visite de musée, Saint-Domingue est une ville qui fourmille de choses à faire et à voir. Dans cette ville très active, les visiteurs trouveront toujours de quoi occuper leur journée. Les visiteurs peuvent sur le Conde, artère piétonne de la ville, pour s’arrêter dans les petits magasins ou boutiques de souvenirs où l’artisanat trouve une place toute particulière dans la confection d’objets spécifiques à la ville et à l’île en général. Place vivante du centre-ville, la Plaza de la Cultura réunit le théâtre national, le musée d’Art moderne, la bibliothèque, la cinémathèque ainsi que de nombreux bars et restaurants. Cette place nous montre qu’à Saint-Domingue se mêle l’ancien et le moderne. Pour les amateurs de promenade, le Maleçon est l’endroit idéal pour faire une marche le long du bord de mer. Le front de mer de Saint-Domingue offre à ceux qui s’y baladent une vue imprenable sur la baie et les plages de sable fin. Les touristes pourront jouir de ce panorama magnifique de jour comme de nuit. Ces plages de rêve, propres aux Caraïbes, sont l’emplacement parfait pour y déposer sa serviette et profiter du soleil. Toutefois la baignade à Saint-Domingue est peu recommandée et il est préférable de se rendre à Boca Chica, à une vingtaine de kilomètres de là, pour profiter de l’eau turquoise. Les plages se prêtent très bien à l’exercice d’une activité physique. Très populaire en République Dominicaine, le surf est un sport très répandu que les touristes pourront pratiquer sur place. Pour les enfants, de nombreuses aires de jeux sont mises à disposition. Enfin pour véritablement s’acclimater à la culture dominicaine, la danse est une discipline incontournable car ell fait partie intégrante des coutumes du pays. Les danses du pays sont la salsa et le merengue. Si l’envie prend les visiteurs de suivre des cours, un club de salsa-merengue prend place dans une grotte souterraine pour faire vivre une expérience inoubliable à eux qui suivent ce cours. Pour ceux qui ne ressentent pas ce besoin mais qui ont envie de danser, de nombreux bars à thèmes se sont également des lieux de rencontre des passionnés de salsa-merengue. La danse et la musique tiennent une place très importante dans la culture des habitants de l’île. L'événement majeur à Saint-Domingue où ces deux domaines sont réunis est le Carnaval se déroulant chaque année au mois de février. C'est un moment de fête sur plusieurs jours, la ville se pâme de couleurs chatoyantes, les habitants portent des costumes et déguisements et défilent au rythme de la musique. Mais à Saint-Domingue c’est comme si la vie était un carnaval permanent tant la vie se déroule dans la rue au son de la musique et de tous les bruits qui font le quotidien. La vie se fait en extérieur et la ville vibre en chœur avec ses habitants.

Une ville riche de spécialités

De par son agriculture et son passé de cité coloniale, les spécialités de Saint-Domingue et de la République Dominicaine ont un vrai goût de dépaysement. Outre le tabac, les cigares et le rhum, l’île et sa capitale se distinguent par une gastronomie riche en saveur et plats originaux. Les ingrédients phares de la cuisine locale sont le riz, les abuchuelas ou haricots rouges, le yucca, l’ananas, la banane plantain, le café, le cacao, le poulet, le bœuf et la chèvre. Le poisson et les crustacés ne font pas partie du régime habituel des habitants de l’île et nous retrouverons ses produits en particulier dans les restaurants à destination des touristes. Parmi les plats les plus renommés sur l’île, nous pouvons citer le chivo guisado - viande de chèvre marinée avec des oignons, des poivrons, de l’ail, de l’origan et du rhum - ou le sancocho –mélange de six viandes différentes – qui ne sera en revanhe servi que le dimanche. Pour découvrir les produits locaux, il est conseillé de se rendre dans les petites épiceries appelées colmado où les touristes pourront recevoir de précieux conseils sur la façon dont se cuisinent les aliments. En matière de boissons, la consommation est très différente de celle des pays occidentaux. A l’occasion des repas, l’eau sera bien souvent la seule boisson se trouvant sur la table, mais pas l’eau du robinet cependant. Pour boire un verre de vin, il faudra se rendre dans des établissements à vocation touristique et non locale. Les cocktails classiques les plus appréciés sont la pina colada et l’équivalent dominicain du ti punch. Toutefois les plus curieux auront raison de se laisser tenter par le malta morena, cocktail non alcoolisé, ou le mamajuana, cocktail aux vertus aphrodisiaques. Et si l’on souhaite vraiment suivre la mode des Dominicains, il faudra alors commander un servicio de rhum qui se compose d’une bouteille de rhum dominicain, de coca ou de sprite et de glaçons. La gastronomie, comme chacun des aspects de la vie quotidienne de Saint-Domingue, contribue à rendre total le dépaysement.

Vous aimez ? Partagez !

Chiffres

Code pays :
DO
Code postal :
11903
Latitude :
18.500122
Longitude :
-69.983253
Zone horaire :
America/Santo_Domingo
Fuseau horaire :
UTC-4
Heure d'été :
N

Villes voisines

  • Villa Claudia ~0 km
  • Don Honorio ~1 km
  • Altos de Arroyo Hondo I ~1 km
  • Los Guayabos ~1 km
  • Los Peralejos ~1 km
  • Pradera Hermosa ~1 km
  • Cerros de Arroyo Hondo III ~1 km
  • Varia ~1 km
  • Lomas de Arroyo Hondo ~2 km
Booking.com

Rejoignez-nous !

Comment y aller ?

Avant de se rendre en République Dominicaine et plus particulièrement à Saint-Domingue, il y a quelques informations dont il faut prendre connaissance. Tout d’abord, il faut bien choisir la période de son séjour, le climat à Saint-Domingue est tropical et les mois de juin à octobre sont les mois de la saison des pluies. Une fois les dates établies, le moyen le plus évident pour se rendre sur place est l’avion, l’atterrissage se faisant dans l’un des deux aéroports situés à l’est ou au nord-ouest de la ville. Ensuite pour se rendre dans le centre-ville, il faudra emprunter le bus ou un taxi tout en sachant que sur l’île le prix de la course se négocie avant de monter dans le véhicule. De même, sur place, il ne faudra pas oublier que la note dans les restaurants n’inclut souvent pas de taxe qui s’élève à environ 10% du montant payé. Pour les séjours de moins de trois mois, l’obtention d’un visa n’est pas nécessaire, néanmoins il faudra se rendre au consulat à l’arrivée pour se procurer une carte de tourisme. Enfin il est conseillé de trouver un hébergement dans le centre-ville de Saint-Domingue qui regorge de demeures historiques au charme atypique et prêtes à accueillir les touristes.

Les transports de Santo Domingo

Aéroport international
Las Americas Intl ~34 km
Autres transports
Herrera International Airport ~3 km
Dr Joaquin Balaguer International Airport ~8 km
Monte Plata Batley Juan Sanchez Field ~40 km